1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 

agenda

invité

mer. 22.11.2017 | 20:00 > 21:30
€ 7 / 5
passa porta bookshop
FR / NL

pen polyphone

Pour la deuxième année consécutive, PEN Belgium s’associe à Passa Porta pour offrir un podium à de nouveaux auteurs et poètes intéressants ayant immigré en Belgique. Avec de la musique et des textes de Hoshang Ossi (Syrie kurde), Mario Panic (Bosnie), Alia Serouji (Syrie), Hazim Kamaledin (Irak), Refqa Shakoor (Palestine), Sarah De Mul (Belgique), Maud Vanhauwaert (Belgique, à confirmer) et Joke van Leeuwen (Pays-Bas/Belgique). De plus amples informations concernant ces auteurs seront bientôt disponibles.

ORG. PEN Belgium (PEN Polyfoon), Passa Porta

À propos des auteurs

Alia Serouji (Alep, 1972) est une poétesse syrienne résidant actuellement en Belgique. Elle a obtenu un bachelier en littérature et critique à l’université d’Alep en Syrie, où elle a étudié la littérature arabe tout en enseignant l’arabe à des enfants.
En 2016, elle a publié le recueil de poésie À quel point dois-je t’aimer aux éditions Diaspora (Le Caire). L’ouvrage, dont un second tirage paraîtra sous peu, a été reçu à bras ouverts par de grands critiques.
Alia a publié des poèmes en prose sur plusieurs sites internet de littérature et apporte une contribution mensuelle au magazine Monde de livres (Egyptian General Book Authority). Bientôt paraîtra l’anthologie Women's Poetry (La poésie au féminin) dont elle est la rédactrice et qui rassemble des poèmes de femmes influentes à travers le monde.
En outre, Alia préside le Conseil culturel de littérature et des arts ainsi que l’A & Z Publishing House en Belgique.
Elle travaille actuellement à son premier roman.

 

Refqa Nabeel Shaqoor (1985, Naplouse, Palestine) est une journaliste palestinienne installée depuis 2015 en Belgique. Elle a étudié les sciences politiques à Naplouse et a ensuite obtenu un mini-MBA en médias et relations publiques à l’université du Caire en Égypte. Dans les médias palestiniens, elle a été active en tant que manager, chercheuse, correspondante et journaliste. De plus, elle a enseigné à l’université de Naplouse et écrit pour deux magazines universitaires. L’instabilité politique et l’intifada ont limité sa liberté de mouvement en Palestine, réduisant sa vie aux études, au travail et à la lecture. Il n’y avait pas de place pour d’autres occupations, et l’occupation compliquait même sa vie professionnelle. Refqa a écrit un livre sur la résistance dans le monde arabe qui a malheureusement été censuré..

 

Mario Paric (Sarajevo, 1958) est un poète, écrivain et musicien bosniaque. Il habite aux Pays-Bas depuis 1993. Dans sa ville natale, Mario a étudié l’architecture. À l’âge de 28 ans, il s’est lancé dans l’écriture de romans mais a également publié de la poésie et des nouvelles. Dans ses textes, Mario tente de séparer l’émotion de la sensation, de l’inconnu et de la peur pour se rapprocher de l’humain. À Sarajevo, l’art lui a surtout permis de se libérer de l’identité collective de la masse. Il voulait se mettre dans la peau d’un étranger pour pouvoir faire l’expérience de la solitude. D’après Mario, l’art ne peut être vécu pleinement que dans l’intimité la plus complète. Un poème raconté avec le corps, le son et le mot ne se limite pas à rendre l’émotion reconnaissable. Il la rend tangible, il fait apparaître de nouvelles dimensions de sens. En tant que musicien, Mario crée des performances qui combinent sa passion pour la musique, le mot, le cabaret, l’image et l’architecture. Actuellement, il se consacre à l’écriture d’une poésie qui rappelle le vol des oiseaux de passages. La mélodie de leurs migrations est présente dans son univers quotidien.

 

Hoshang Ossi (Syrië, Ad-Darbasiyah-Al-Hasakah, 1976) est un poète, écrivain et journaliste kurde. Depuis 2010, il réside en Flandre. Hoshang écrit tant en arabe qu’en kurde et publie dans divers journaux arabes et kurdes. Son travail se trouve également sur différents sites de littérature arabes et kurdes. Entre 2001 et 2016, Hoshang a publié six recueils de poésie, suivis, en 2016, par un premier roman : De zwaarheid van zekerheid... De lijdensweg van de bevraging... En de lust der fantasie. Il a travaillé comme journaliste pour la chaîne de télévision kurde ROJ TV et le magazine kurde Sorgel. Le régime syrien le considère, au même titre que d’autres journalistes, comme un danger pour la société syrienne : après des menaces en 2009, il a fui la Syrie et s’est caché pour échapper aux services d’information syriens. Il est arrivé en 2010 en Belgique, où il a obtenu l’asile politique un an plus tard. Hoshang est un spécialiste de la question kurde et turque. Une sélection de ses articles journalistiques a été publiée en 2011 sous le titre Angst en bekommernissen (e-book).

 

Arash Chakeri (Teheran,1982) est un romancier, poète et auteur-compositeur-interprète iranien connu. « Solitude », son premier recueil de poèmes composé de ghazals, est publié en 2003 sans l’autorisation du Ministère de la Culture et de l’Orientation islamique. Son deuxième recueil « Les larmes de la guitare » (2006) est sévèrement censuré, obligeant l’auteur à retirer plusieurs poèmes portant sur l’activisme social et politique. Il est un grand admirateur de l’œuvre du romancier moderniste iranien Sadegh Hedayat (Téhéran, 1903 - Paris, 1951), dont l’œuvre La Chouette aveugle (1937) a été salué par les surréalistes lors de sa parution en français en 1953. En 2013, Arash Chakeri connaît beaucoup de succès avec son premier roman « J’étais mort », influencé par Hedayat et par l’existentialisme, et désormais uniquement disponible sur le marché noir iranien. Parmi ses autres publications, on peut encore citer « Petites clés pour de grandes portes » (2010), un essai sur la psychologie du succès, et son anthologie de chansons « Ton interprète » (2013). Chakeri continue à lutter pour la liberté et la démocratie et se montre de plus en plus critique envers le gouvernement de son pays, notamment dans ses chansons récentes. Depuis 2009, il est régulièrement la victime d’attaques, d’arrestations et de menaces. En 2015, il décide de quitter son pays. En 2017, il obtient l'asile politique en Belgique. Ses œuvres n’ont pas encore été traduites en français.

Bookmark and Share