Andrey Kurkov

L’écrivain ukrainien d’expression russe Andreï Kourkov (1961) est né à Saint-Pétersbourg, mais a grandi à Kiev. Dans ses romans, il porte un regard perçant et ironique sur la réalité souvent très dure de la nouvelle Russie. Le Pingouin (1996/2000) raconte une histoire absurde de corruption, d’assassinat et de connivence entre la politique et la presse, tandis que Le Dernier amour du président (2004/2005) est une joyeuse satire sur la toute jeune république ukrainienne qui ne s’en laisse pas compter. Kourkov avait rédigé le livre avant la révolution orange, mais ses prévisions sur les conflits gaziers russo-ukrainiens et sur la présidence de Poutine ont de quoi faire frémir tant elles se sont confirmées. Est-ce que l’imagination est de taille à affronter tant de violence ? En écrivant une histoire fictive sur la Lettonie, la réalité est apparue une nouvelle fois plus forte que l’imagination.  C’est pourquoi Kourkov a décidé  de publier ses propres notes de journal. Dans Journal de Maïdan (2014), il partage ses observations sur un pays agité par des troubles et la stabilité qu’offrent les repères de la vie quotidienne.

Photo © Philippe Matsas, Opale Éditions Liana Levi