boekenplanken vol boeken in Passa Porta

Valoriser les littératures francophones

Accueillant tout auteur d’expression française publié par une maison d’édition francophone, le Prix des 5 continents met en valeur la richesse et l’expression de la diversité culturelle et éditoriale de la langue française partout dans le monde.

Créé en 2001 par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ce prix prestigieux consacre chaque année « un texte de fiction narratif d’un écrivain témoignant d’une expérience culturelle spécifique enrichissant la langue française » sur les cinq continents, tels récemment les Tunisiens Yamen Manai et Fawzia Zouari, le Kino-congolais In Koli Jean Bofane ou encore l’Algérien Kamel Daoud.

Des comités de lecture et un jury d’auteurs internationaux

Pcf Foto Monde

Cinq comités de lecture, situés en France, au Sénégal, en Belgique, au Canada-Québec et au Congo, ont pour mission d’apprécier tous les ouvrages concourant au Prix des 5 continents.

Chacun a pour mission d’élaborer une présélection de dix titres compte tenu de leurs qualités intrinsèques et des spécificités du prix. Les délégués de chaque comité se retrouvent ensuite au siège de l’OIF à Paris afin d’établir une seule liste de dix finalistes.

Passa Porta encadre le comité de lecture belge, composé de quatre lecteurs issus du monde littéraire (en étroite collaboration avec la Promotion des Lettres au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles). Pour l’édition 2018, il s’agit de Jacques Carion, Elisabeth Kovacs, Anne-Lise Remacle et Michel Torrekens.

Les dix titres retenus au final sont soumis à un jury de onze écrivains de renom, originaires eux-mêmes de l’espace francophone. Ce jury, présidé par Paula Jacques (France-Égypte), réunit Jean-Marie Gustave Le Clézio (Maurice), Lise Bissonnette (Canada-Québec), Ananda Devi (Maurice), Hubert Haddad (Tunisie-France), Monique Ilboudo (Burkina Faso), Vénus Khoury-Ghata (Liban), René de Obaldia (Hong-Kong), Lyonel Trouillot (Haïti) et le ou la dernier(e) lauréat(e) du prix.

Le palmarès

  • 2001 : Yasmine Khlat (Liban) pour Le désespoir est un péché, éd. Le Seuil.
  • 2003 : Marc Durin-Valois (France) pour Chamelle, éd. Jean-Claude Lattès.
  • 2004 : Mathias Énard (France) pour La Perfection du tir, éd. Actes Sud.
  • 2005 : Alain Mabanckou (Congo) pour Verre Cassé, éd. Le Seuil.
  • 2006 : Ananda Devi (Maurice) pour Ève de ses décombres, éd. Gallimard.
  • 2007 : Wilfried N'Sondé (France-Congo) pourLe Cœur des enfants léopards, éd. Actes Sud.
  • 2008 : Hubert Haddad (France-Tunisie) pour Palestine, éd. Zulma.
  • 2009 : Kossi Efoui (Togo) pour Solo d'un revenant, éd. Le Seuil.
  • 2010 : Liliana Lazar (Roumanie) pour Terre des affranchis, éd. Gaïa.
  • 2011 : Jocelyne Saucier (Canada-Québec) pour Il pleuvait des oiseaux, éd. XYZ.
  • 2012 : Geneviève Damas (Belgique) pour Si tu passes la rivière, éd. Luce Wilquin.
  • 2013 : Amal Sewtohul (Maurice) pour Made in Mauritius, éd. Gallimard
  • 2014 : Kamel Daoud (Algérie) pour Meursault, contre-enquête, éd. Barzakh/Actes Sud
  • 2015 : In Koli Jean Bofane (RDC) pour Congo Inc. le testament de Bismarck, éd. Actes Sud.
  • 2016 : Fawzia Zouari (Tunisie) pour Le Corps de ma mère, éd. Joëlle Losfeld/Demeter.
  • 2017 : Yamen Manaï (Tunisie) pour L'Amas ardent, éditions Elyzad.