L’appel des odeurs de Ryoko Sekiguchi, avec Jakuta Alikavazovic

jeu. 21.03.2024
20:00 - 21:30
Ryoko Sekiguchi copy H Bamberger 1

Catégorie

rencontre

Prix

préventes : 10 / 7 € (12 € soutien à united stages) - à la caisse : 12 / 9 € (15 € soutien à united stages)

Korting

le tarif préférentiel accorde une réduction de 3 € pour les personnes pour qui cela fait une différence.

Langue

en français

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre L’Appel des odeurs (éds. P.O.L.), l’écrivaine japonaise d’expression française Ryoko Sekiguchi invite l’écrivaine Jakuta Alikavazovic, prix Médicis pour Comme un ciel en nous, pour une conversation inédite sur la manière dont les odeurs entrent en littérature. Et vice et versa.

Autrice, éditrice et traductrice japonaise d’expression française, Ryoko Sekiguchi a écrit des livres précieux et inclassables sur les sens de l’ouïe (La Voix sombre) et du goût (Fade, Nagori ou 961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent). Elle reviendra ce printemps avec L’Appel des odeurs, un livre consacré cette fois à l’odorat.

A la manière des Mille et une nuit, L’Appel des odeurs bâtit des récits dont le fil conducteur est l’odeur. Des récits ancrés dans des lieux différents, et des époques variées : à Grenade en Espagne, dans un opéra à Ferrare au XVIIIe siècle, dans le futur à Helsinki, dans une imprimerie de Téhéran au XIXe siècle, à New York et Los Angeles, dans un musée, dans la cuisine d’un restaurant, dans les rêves ou dans un lit.

Monde sans odeurs

Pour célébrer la sortie de son nouveau livre, Ryoko Sekiguchi a souhaité inviter Jakuta Alikavazovic pour une discussion autour d’un sens trop dédaigné en Occident : l’odorat.

Autrice de romans à l’originalité inoubliable (La Blonde et le Bunker, prix Wepler ou L’Avancée de la nuit), traductrice anglophone (de David Foster Wallace, mais aussi tout récemment d’une nouvelle traduction de Toni Morrison), chroniqueuse pour Libération, Jakuta Alikavazovic a reçu le prix Médicis pour Comme un ciel en nous (éds. Stock). Un livre écrit à partir d’une nuit passée seule au Louvre, dans la section des Antiques, et qui contient des pages merveilleuses sur les odeurs du musée. Effluves des touristes en journée, mais surtout odeurs du soir, quand le lieu rendu au silence dégage des parfums secrets... Et si respirer une odeur était cette expérience sensorielle et animale que seule la littérature peut traduire ?

« L’odeur est-elle vitale pour écrire ? Peut-être qu’un souvenir d’odeur suffit. (…) Je serais moins malheureuse dans un monde silencieux que dans un monde sans odeur. »
Jakuta Alikavazovic, "Mordu".
« Le monde de l’odeur (…) jette un pont entre le monde des humains et le monde végétal, le monde minéral, entre le présent et le passé, et entre ce monde et l’au-delà. »
Ryoko Sekiguchi, "L’Appel des odeurs".

Une rencontre unique, érudite et ludique, qui réservera des surprises au public.

Org. Passa Porta.

photo Ryoko Sekiguchi © C. Bamberger, photo Jakuta Alikavazovic © Francesca Mantovani

Bientôt à