Lost and Found : Yoko Ogawa

ven. 26.03.2021
19:30 - 20:30
Ogawa Yoko HR Philippe MATSAS Opale ok

Lieux

online event

Catégorie

Interview

Prix

choisissez votre propre tarif digital: ticket (un programme pour € 5 | € 8 | € 10) - pass (accès à tous les programmes pour € 15 | € 20 | € 30)

Programme

vous voulez poser une question à l’autrice ? Envoyez-la avant le 18 mars à connect@passaporta.be, sous la forme d’une courte vidéo ou par écrit.


Langue

en japonais, sous-titré en anglais

La grande écrivaine japonaise Yoko Ogawa sera en conversation avec le traducteur et japonologue Luk Van Haute à propos de Cristallisation secrète, le plus kafkaïen et orwellien de ses romans. Un livre qui traite aussi de la perte, de l’importance d’une mémoire collective et de répression.

A l’international


La Japonaise Yoko Ogawa (Okayama, 1962) a remporté tous les grands prix de littérature japonaise. Elle a fait sensation chez nous avec le best-seller La Formule préférée du professeur et le recueil de nouvelles La Piscine. Les Abeilles. La Grossesse (eds. Actes Sud). Paru en français en 2009, son roman Cristallisation secrète a récemment fait une percée remarquée dans le monde anglo-saxon, en apparaissant l’an dernier sur la shortlist du National Book Award for Translated Fiction et cette année sur celle de l’International Booker Prize. 


Rues vides

Au départ du livre, il y a le constat d’une série de disparitions mystérieuses sur une île : les animaux, les roses, les photographies, les calendriers et les livres y disparaissent les uns après les autres. Des disparitions qui prennent des proportions encore plus inquiétantes quand elles commencent à toucher les humains. Les rues se vident, et les souvenirs des habitants présentent de plus en plus de trous. Ceux qui gardent la mémoire commencent à craindre pour leur vie…

Totalitarisme et perte


Subtile métaphore des régimes totalitaires, Cristallisation secrète questionne la résistance silencieuse, et ce qui continue à faire de nous des humains quand le reste disparaît tout autour. La discussion entre Yoko Ogawa et le traducteur et fin connaisseur de la culture japonaise Luk Van Haute s’intègre parfaitement dans notre programme thématique sur la perte.




Passa Porta, Ancienne Belgique, Uitgeverij Cossee, Pelckmans uitgevers

photo yoko ogawa © philippe matsas

Bientôt à