Women and Power : Deborah Levy

sam. 27.03.2021
19:30 - 20:30
Deborah levy sheila burnett

Lieux

online event

Catégorie

Interview

Prix

choisissez votre propre tarif digital: ticket (un programme pour € 5 | € 8 | € 10) - pass (accès à tous les programmes pour € 15 | € 20 | € 30)

Programme

vous voulez poser une question à l’autrice ? Envoyez-la avant le 26 mars à connect@passaporta.be, sous la forme d’une courte vidéo ou par écrit.


Langue

en anglais; sous-titres en français et néerlandais disponibles à partir du 31/3

Véritable révélation de 2020, la Britannique Deborah Levy emporte son lecteur dans un projet d’autobiographie au féminin singulier résolument inédite. Une réflexion implacable sur la féminité, la dépression et la littérature. Avant la publication annoncée (pour mai) de son troisième et dernier volume, les deux premiers tomes de la trilogie viennent de recevoir le prix Femina étranger 2020.

Coup double

« Il était évident que la féminité, telle qu’elle était écrite par les hommes et jouées par les femmes, était le fantôme épuisé qui continuait de hanter le début du XXIe siècle. Qu’en coûterait-il de sortir de son rôle et de mettre un terme à ce récit ? » Mais comment a-t-on fait sans Deborah Levy ? Récemment redécouverte par les défricheuses éditions du Sous-sol, l’Anglaise (1959) était jusqu’ici quasi inconnue en français… Un retard amplement rattrapé, puisque ce n’est pas un mais deux de ses livres qui ont paru concomitamment en français (une traduction magistrale signée Céline Leroy).

Duras et Godard

Convoquant à son chevet aussi bien Marguerite Duras, Georges Perec ou Sylvia Plath que Jean-Luc Godard, Deborah Levy entend bien, en puisant dans la matière des jours de sa propre vie, créer un premier rôle féminin différent. Ceux qui ont lu les deux premiers tomes de ce qui sera une trilogie savent ; reste aux autres l’infini plaisir de les découvrir…
La romancière sera interrogée en anglais sur les rapports entre féminité et pouvoir par la journaliste Ruth Joos. Une rencontre sous-titrée en français et en néerlandais.

Dans mon premier livre, je renverse l'idée que l'espace domestique nuirait aux femmes, parce qu'en fait, être l'architecte de cette atmosphère qu'on crée pour les autres est un acte de générosité. Au moment où la maison familiale est démantelée, quand une union s'achève, il faut se recréer une autre maison. Cela a été le cas dans ma vie et j'ai trouvé ce nouvel habitat, pensé pour mes deux filles, extrêmement créatif. C'est une façon d'ouvrir les fenêtres et de trouver une autre manière de vivre.
Le troisième tome de cette trilogie s'appellera "La propriété privée", et continuera de travailler sur l'espace à soi.
Deborah Levy chez France Culture

Passa Porta, La Monnaie

photo deborah levy © sheila burnett

Bientôt à