Dialogue entre Amandine Gay et Kaoutar Harchi

do 09.12.2021
20:00 - 21:30
Gay Amandine copyright Otto Zinsou
Uitverkocht

Locaties

Passa Porta

Categorie

Interview

Prijs

€8/6 (€10 voor extra steun aan united stages).

Korting

het voordeeltarief geeft 2€ korting aan al wie er baat bij heeft.

Programma

Toegang tot avonden is enkel mogelijk op vertoon van een Covid Safe Ticket. Het dragen van het mondmasker blijft verplicht.


Taal

in het Frans

Uitverkocht

Qu’ont à se dire la littérature et la sociologie ? Et à quel endroit les histoires de famille deviennent histoires de société ? Filles de l’immigration et de l’adoption devenues écrivaines politisées et engagées, Amandine Gay et Kaoutar Harchi mêlent leurs voix, leurs souvenirs et leurs approches de l’écriture le temps d’une soirée exceptionnelle.

Dans “Ouvrir la voix”, son documentaire édifiant sorti en 2014, Amandine Gay donnait la parole à des femmes noires victimes de racisme systémique en France et en Belgique. Adoptée, après sa naissance sous X, par un couple blanc, la cinéaste, sociologue et militante afro-féministe interroge aujourd’hui, dans « Une poupée en chocolat », (éditions de La Découverte) les enjeux des adoptions transraciales. Un livre sans concessions entre essai et autoportrait, qu’elle sort parallèlement à un nouveau film : Une histoire à soi remonte, au moyen d’images d’archives familiales de cinq familles particulières, une histoire intime et politique de l’adoption internationale.


.

Kaoutar Harchi est chercheuse en sociologie, enseignante à l’Université Paris 13. Autrice d’un premier roman à à peine 22 ans (Zone Cinglée), elle publiait en 2016 Je n'ai qu'une langue, ce n'est pas la mienne, un essai qui interrogeait la reconnaissance littéraire accordée aux écrivains algériens par la France.

Sorti à la dernière rentrée littéraire, épinglé comme l’un de ses meilleurs par les médias, Comme nous existons (éditions Actes Sud) retrace, après Annie Ernaux, après Didier Eribon une autre histoire de jeune femme transclasse, issue de parents marocains : ses années en collège privé, la racialisation et les inégalités auxquelles elle a été confrontée, et son désir d’écrire pour s’émanciper.

Les deux autrices échangeront au micro de Carmela Chergui, éditrice pour les éditions Tusitala.

Organisation : Passa Porta, PAC (Présence et Action Culturelles).

photo amandine gay © otto zinsou
photo kaoutar harchi © emmanuelle le grand

Binnenkort bij