Brussels International: Aleksandra Lun à propos de la langue maternelle et des autres langues

sam. 27.03.2021
18:30 - 19:30
Aleksandra lun merlijn van doomernik

Lieu

online talk

Catégorie

Interview

Prix

choisissez votre propre tarif digital: ticket (un programme pour € 5 | € 8 | € 10) - pass (accès à tous les programmes pour € 15 | € 20 | € 30)

Langue

en anglais

Que détermine la langue dans laquelle on écrit ? Et s’il s’agit d’une autre langue que sa langue maternelle ? Aleksandra Lun relève ce pari étonnant. Née en Pologne et exilée à Bruxelles, la romancière écrit en espagnol. Avec Nicky Aerts, autre « écrivain expatrié », Lun évoquera la genèse de son roman Les Palimpsestes, ainsi que les liens tendus entre identités nationale, linguistique et artistique.

Espagnol-polonais

Aleksandra Lun est née en 1979 en Pologne. A 19 ans, elle part vivre en Espagne, avant de gagner Bruxelles où elle réside depuis dix ans. Dire d’elle qu’elle a le don des langues serait un euphémisme. Déjà traductrice de l’anglais, du français, de l’espagnol, du catalan, de l’Italien et du roumain, la romancière serait actuellement en train d’apprendre le néerlandais… Quant à son premier roman Les Palimpsestes, elle a choisi de l’écrire non pas en polonais mais en espagnol.

Cover The Palimpsests

Antarctique

Les Palimpsestes raconte l’histoire d’un homme, ressortissant polonais interné dans un hôpital psychiatrique liégeois parce qu’il souhaite s’exprimer non en polonais mais… en antarctique. Dans les couloirs de l’institution, il croise d’autres patients désireux d’écrire dans une autre langue que leur maternelle - des patients répondant aux noms de Samuel Beckett, Agota Kristóf, Joseph Conrad en Vladimir Nabokov… Les Palimpsestes est disponible en français (éd. Sous-sol), néerlandais (uitg. Pluim), anglais (Godine) et dans la version originale espagnole (Minúscula).

Le roman fait preuve d'une grande intelligence et montre une bonne dose de sarcasme. Nous attendons déjà avec impatience le prochain livre de ce talent.
El País

Antimatière

Aleksandra Lun a écrit, spécialement pour le Passa Porta Festival, "Antimatière", un bref essai poétique et profond sur le lien à la langue maternelle, la distinction entre identité littéraire et identité nationale, et les défis que pose le multilinguisme à un écrivain. C’est dire que les sujets de discussion ne manqueront pas…

A ne pas rater : une session de close reading avec Aleksandra Lun le 23 mars.

Passa Porta, Uitgeverij Pluim, Instituto Cervantes Brusela, Beursschouwburg

portrait aleksandra lun © merlijn van doomernik

Bientôt à