Rencontre avec Abdulrazak Gurnah, Prix Nobel de Littérature 2021

lun. 08.04.2024
20:00 - 22:00
Autfoto Gurnah Abdulrazak copie

Catégorie

meet the author, interview

Prix

payez ce que vous pouvez 15 | 10 | 8 | 2 €

informations pratiques

le programme complet de cette soirée, aux accents bruxellois, sera annoncé ultérieurement.


Langue

en anglais

Meet the author


Pour le bénéfice de tous, férus de littérature, lecteurs occasionnels ou simples curieux, nous organisons des entretiens d'auteurs, variés et singuliers, riches en histoires, en idées et en émotions.

Voir toute la série

Avec la venue d'Abdulrazak Gurnah, la Maison internationale des littératures Passa Porta et La Monnaie accueillent un autre lauréat du prix Nobel de littérature, après Annie Ernaux en mars dernier. Auteur de Paradis, Adieu Zanzibar, Près de la mer ou Les Vies d’après, l’écrivain d’origine tanzanienne multi-primé n’a de cesse de donner une voix aux oubliés de l’histoire, de l’Afrique coloniale au Londres des sixties.

En 2024, nous célébrerons les 20 ans de Passa Porta. Alors qu’il en était encore à ses débuts, le romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah fut l’un de nos premiers invités ; son retour sera certainement l'un des temps forts de cette année anniversaire.

Abdulrazak Gurnah est né en 1948 à Zanzibar, en Tanzanie. En 1967, il s'est réfugié au Royaume-Uni, où il est devenu professeur d'anglais et de littérature postcoloniale à l'université du Kent. Impressionnante et acclamée, son œuvre comprend des essais, des récits et des romans, dont quatre traduits en français aux éditions Denoël : Les Vies d’après, Paradis, Adieu Zanzibar, Près de la mer. Travaillé par le déracinement, la migration, l'appartenance, le colonialisme, chacun d’eux est un moyen de comprendre ce qui s’est passé dans son pays natal et les difficultés d’accueil vécues à son arrivée en Angleterre.

En lui octroyant la plus haute distinction littéraire en 2021, le Comité du prix Nobel soulignait en Abdulrazak Gurnah "l'un des principaux écrivains postcoloniaux du monde, qui a sondé avec profondeur et compassion les conséquences de la colonisation en Afrique de l'Est et ses conséquences sur la vie des personnes déracinées et migrantes".

La thématique de son œuvre est en connexion évidente avec la création de l’opéra Ali, qui conte l’histoire vraie d’un garçon qui, à douze ans, s’est aventuré sur la dangereuse route migratoire vers l’Europe.

Une partie des recettes de cette soirée sera reversée à ICORN, une organisation qui héberge des auteurs en exil, à Bruxelles et dans plus de 70 autres villes de par le monde.

Organisé par La Monnaie, la maison internationale des littératures Passa Porta et le KVS en collaboration avec Meulenhoff.

Photo © Mark Pringle

Bientôt à