Guérilla : Sieste sonore

zo 31.03.2019
15:00 - 16:00
Isabelle Wéry © Laetitia Bica Zw

Locatie


Categorie

Lezing, Performance

Taal

in het Frans

Allongés dans la pénombre, venez écouter le texte Guérilla de Véronique Bergen. Cette création, dont la première a lieu pour le festival, réunit l’autrice elle-même, Isabelle Wéry, le musicien Pierre Jaqmin et le plasticien Marcel Berlanger pour une expérience insolite.

Dans la pénombre

Guérilla : Sieste sonore rassemble les quatre artistes autour d'un texte inédit de Véronique Bergen (publié aux éditions Onlit à l’occasion du festival). Il s'agit d'un dispositif dans lequel le public est allongé et plongé dans la pénombre. Seule une peinture sur toile de verre (Agave 2017) suspendue au plafond est visible. Les autrices lisent le texte tandis que le musicien injecte des sons en direct.

Expérience sensorielle, individuelle et collective, ce concept de « sieste sonore » permet aux auditeurs de percevoir les subtilités d'un texte de manière surprenante et d'expérimenter un autre type de rapport à la lecture et aux œuvres. Il convient parfaitement aux qualités d'oralité et de musicalité, voire de transe, du texte de Bergen.

Un texte inédit

Adoptant une structure polyphonique, Guérilla campe un climat d’émeutes, de guerre civile où s’affrontent des factions rivales, le Nouvel ordre mondial, des insurgés de tous bords, des défenseurs d’une Terre ravagée, détruite, des résistants à l’empire de la « novlangue ».

Au nombre des voix des protagonistes, celle, centrale, du narrateur militant pour le sauvetage de Gaïa, celles d’une femme, Tamara, d’un guérillero, d’un nouveau Ravachol partisan de la lutte armée, d’un nihiliste, d’un enfant sauvage, et enfin la voix de la Terre, voix cosmique. Le récit brasse les convulsions d’un monde et d'une nature en crise, les issues que trace chacun des personnages. Entre symphonie des bombes et luttes pour d’autres manières d’être au monde.

Les autrices

Véronique Bergen est philosophe, romancière et poète. Elle est élue à l’Académie de langue et de littérature françaises de Belgique en 2018. Auteur d’essais philosophiques autour de questions métaphysiques, esthétiques (L’Ontologie de Gilles Deleuze ; Résistances philosophique ; Comprendre Sartre ; Fétichismes ; Djelem djelem. Les Roms entre stigmatisation et résistance ; Luchino Visconti. Les promesses du crépuscule ; Hélène Cixous. La langue plus-que-vive ; Patti Smith, Horses…), elle travaille sur la philosophie contemporaine. Autrice de romans qui donnent voix aux oubliés, aux muselés (notamment Kaspar Hauser ou la phrase préférée du vent ; Aujourd’hui la révolution. Fragments d’Ulrike M. ; Requiem pour le roi. Mémoires de Louis II de Bavière ; Marilyn, naissance année zéro ; Le Cri de la poupée autour d’Unica Zürn ; Janis Joplin. Voix noire sur fond blanc ; Tous doivent être sauvés ou aucun…), de récits (Jamais ; Premières fois), de recueils de poèmes, de monographies sur des photographes, des peintres, membre du comité de rédaction de la revue Lignes, elle collabore à diverses revues dont Art press, L’Art même, Flux News, Lignes, Diacritik, Le Carnet et les Instants.

Isabelle Wéry est actrice formée à l'INSAS, metteuse en scène et autrice (théâtre et roman). Elle écrit et met en scène les spectacles La mort du cochon, Mademoiselle Ari nue, Le bazar des organes... Elle crée des projets de « Sieste » dans le cadre du Festival Voix de Femmes et de la Maison Européenne des Autrices et Auteurs/Bruxelles ainsi qu'avec la Compagnie SKBL/France. En 2007, elle reçoit le prix du meilleur seul en scène aux Prix de la Critique pour son spectacle La tranche de Jean-Daniel Magnin. Elle crée, avec Thomas Gunzig, Les origines de la vie au Théâtre de Poche. Avec le clown Ludor Citrik, elle monte le duo La nudité du ragout dans les Sujets à Vif du Festival d'Avignon In 2008. Elle fait partie de la Compagnie Point Zéro et parcourt le monde avec le spectacle pour acteurs et marionnettes L'école des ventriloques, écrit par Alejandro Jodorowsky. Son second roman Marilyn désossée a reçu l'European Union Prize for Literature et a été finaliste du Prix Victor Rossel en 2013. Ce livre est traduit dans plusieurs pays d'Europe. Son nouveau roman, Poney flottant, paraît aux Editions Onlit en novembre 2018.

Les musiciens

Pierre Jacqmin est un musicien multi-instrumentiste, interprète, compositeur, sound designer, ingénieur du son et opérateur en post-production cinématographique. Il a étudié la contrebasse et la composition au Conservatoire de Bruxelles. Musicien au sein de diverses formations jazz, il s’oriente ensuite vers une musique aux accents plus rock au sein du groupe Venus et joue sur les plus grandes scènes européennes. D’autres collaborations suivront (Dyonisos, Françoise Breut ou Dominique A…). Parallèlement, Pierre compose des musiques et des décors sonores pour le théâtre, notamment avec la compagnie Point Zéro (L'école des Ventriloques...). Avec Isabelle Wéry, il crée Ma nuit Bowie ainsi que des mises en voix de textes d'auteurs belges contemporains (Thomas Gunzig, Patrick Declerck, Sieste des auteurs et des autrices/MEDAA...).

Marcel Berlanger fait ses études de peinture à Saint-Luc et à l’Ecole de Recherches Graphiques (ERG) à Bruxelles avec Joëlle Tuerlinckx, Marc Vanhove, Marthe Wéry... Il est représenté par la Galerie Rodolphe Janssen/Bxl, Nosbaum Reading/Luxembourg, Emergent/Veurne, Nicolas Silin/Paris. L’œuvre de Marcel Berlanger oscille entre hyperréalisme et abstraction, entre photographie et peinture. Ses motifs ne sont pourtant jamais innocemment choisis. Composés d’un aspect sentimental et mystérieux, ils résultent d’un jeu entre la forme et les référents afin d’immiscer le doute chez le spectateur, obligé de pénétrer au sein des différentes strates composant l’œuvre. Sa dernière exposition solo Fig. a eu lieu au BPS22/Charleroi. Par ailleurs, il collabore à des créations pluridisciplinaires de théâtre, performance et musique avec sa sœur, Françoise Berlanger, notamment au Kunstenfestivaldesarts.

Passa Porta, Onlit, De Markten

Photo Véronique Bergen © A. Trellu
Photo Isabelle Wéry © Laetita Bica
photo Pierre Jacqmin © Deborah Kempczynski

Binnenkort bij